Blog

mai 29, 2017

Témoignage Natalie

Bonjour, moi c’est Natalie, un nom d’emprunt et dans le milieu on m’appelle la dévoreuse de pénis. Je suis travailleuse de sexe et je me défends les soirs au niveau du pont Soro à Cocody Angré. Mes clients m’apprécient bien car je connais mon travail et je l’avoue, j’ai une préférence pour les corps habillés. Je ne vais pas vous mentir, je fantasme grave sur eux. Pour revenir à ma présence aujourd’hui ici, je viens vous raconter le cas de stigmatisation et de discrimination dont j’ai été victime dans une clinique de la ville d’Abidjan. En effet, un soir je ne me souviens plus trop, j’en étais à mon 4ème client qui non seulement avait un gros sexe, mais de plus il ne jouissait pas depuis là. Après une trentaine de minute, il a éjaculé et il m’a tendu la moitié du tarif jugé. Mécontente, je n’ai pas accepté et j’ai attrapé son pantalon. Je n’ai rien compris, il est tombé sur moi et m’a poignardé. Mes cris ont attiré mes collègues du trottoir mais mon agresseur a eu le temps de sauté dans sa voiture pour fuir. J’ai été envoyé dans un hôpital de la place pour me faire soigner. Un médecin nous a reçus et lorsqu’il a soulevé ma robe pour voir la blessure au niveau du haut de la cuisse, il a vu mon pénis. Il était surpris et a reculé. Il faut le dire, je suis une transe et je prends des hormones pour me faire pousser les seins. Là, j’ai remarqué qu’il était sorti et a mis un bon bout de temps avant de revenir. Après, moi et mes amis qui m’avaient accompagnés assistions à un ballet d’infirmiers et nous avons compris que tous venaient voir ce qui se passait. Je souffrais et ne comprenait pas pourquoi depuis personne ne s’occupait de moi. Il a fallu qu’on appelle une de nos connaissances qui est venue nous chercher pour nous accompagner dans une autre clinique. Heureusement, nous avons été bien accueillis et par la grâce de Dieu, suite au traitement je me suis remis de ce traumatisme. Je tiens à dire au personnel soignant de ne pas faire de discrimination car nous avons tous droit à la santé, peu importe notre rang social ou notre orientation sexuelle… Leur rôle est de soigner et non de juger ou décider qui a droit à un traitement ou pas. Revoyez votre manière de fonctionner car c’est inhumain.

Temoignages
About AlternativeCI

2 Comments
  1. Je pense que cet comportement est inhumain et même les animaux n’auraient pas eu cette réaction. Néanmoins il faut comprendre que les gens ne sont pas assez informés sur nos réalités. C’est vrai qu’il s’agit d’une discrimination qui n’a pas de nom mais je crois que tout le personnel de cette clinique n’est pas homophobe. Ils ne sont peut-être pas tombé sur la bonne personne. Si ça été le cas, je crois cette personne aurait donné un bon exemple aux autres.
    La discrimination est notre lot au quotidien.
    Moi je ne suis pas trans. Je suis gay. Et j’ai été agressé par deux militaires dans un ministère à Cotonou pendant que j’étais allé déposer une invite que mon association a organisé dans le cadre de la journée de lhomophobie 2017. Je nous demande juste d’être prudent et d’être prévoyant. Et surtout courage à toi Nathalie.

  2. Courage à toi Nathalie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *