Blog

novembre 13, 2017

HISTOIRE SUR LES VIOLENCES HOMOPHOBES

Bonjour c’est avec un cœur rempli de tristesse que je prends de mon temps pour vous relater ce récit d’une partie de ma vie qui fut si on peut le qualifier ainsi tragique pour moi.

Je me prénomme Alain, coiffeur esthéticien de profession, j’ai 25 ans et je suis HSH (gay). C’était un samedi du mois de décembre 2016, aux environs de 16 heures, j’avais reçu la visite de 2 amis dans mon salon de coiffure. Après avoir coiffé 2 clientes, nous nous sommes mis à bavarder, parler de tout et de rien. Puis ces derniers demandèrent la route. A dire vrai nous sommes très efféminés, mais étions habillés décemment. A plus de 200 m de mon salon de coiffure, nous avions été suivis par un groupe d’une quinzaine de jeunes gens qui nous avaient repéré un peu plus loin et j’entendis des injures derrière nous comme quoi les sales PD là, nous n’en voulons pas dans notre quartier.

Faut signifier  que c’était au quartier bromakoté d’adjamé. Mais aucun d’entre nous n’a répondu parce qu’en réalité nous savions que c’était de nous qu’ils parlaient. Puis les injures se multiplièrent jusqu’à ce qu’ils soient à notre niveau pour nous empêcher d’avancer en prononçant haut et fort : les maudits là, les batards, sales PD c’est  pas à vous que nous adressons. Nous disons que nous ne voulons pas de PD dans notre quartier, sinon nous allons vous brûler vivants. Nous étions paniqués et terrifiés car certains d’entre eux avaient même des bois en main. Et poliment j’ai répondu que nous ne savions pas ce que nous avons fait pour qu’ils nous traitent de la sorte et qu’être efféminé n’était pas fait exprès pour énerver qui que ce soit. Automatiquement il y a un qui m’a giflé et donné un coup de poing et ils sont tous tombés sur nous et ont commencé a nous tabasser avec les bois, coups de pieds et mains. Nous avions essayé de nous défendre mais ils étaient trop nombreux et jusqu’à ce que des mamans du quartier s’aperçoivent d’une foule immense autour de nous pour nous sortir des griffes de ces bourreaux.

Nous étions à sang avec les yeux enflés, des lèvres déchirées et nos vêtements déchirés. C’est ainsi qu’elles nous ont conduit à leurs domiciles jusqu’à ce que la foule se disperse pour nous raccompagner et nous mettre dans un taxi.

J’ai mal vraiment très mal avec gros sur le cœur quand je vous raconte ce cauchemar horrible que j’ai vécu comme si c’était hier. C’est alors que les jours suivants j’ai pris contact avec l’un des membres de la structure d’ALTERNATIVE-CI  pour lui expliquer ce que j’ai du endurer avec mes amis.

Il a remonté cela à sa hiérarchie qui a promis nous aider afin que cela ne se reproduise plus jamais en rentrant en contact avec un de ses confrères d’une organisation de lutte pour les Droits Humains.

Ah oui pourquoi tant d’animosité en certaines personnes. Est-ce un crime d’être efféminé ou homosexuel. Vivement qu’au travers des organisations de défense des Droits Humains, nous fassions plus de sensibilisations et de renforcements de capacité à nos pairs afin que ce genre de violence disparaisse et de réduire la stigmatisation et la discrimination.

 

How nice was it to prothesiswriter.com/ finally tell the professor that the reading material was so incredibly boring without worrying about it affecting your grade.
Temoignages
About AlternativeCI